Le compostage est un levier essentiel du programme de prévention du Centre Yonne : composter peut permettre à un habitant de réduire ses déchets de cuisine de 50 kg par an, ce qui représente plus de 7 000 tonnes à l’échelle du Centre Yonne !

Déchets auxquels s’ajoutent les déchets verts de jardin soit encore 6 000 tonnes par an qui sont apportées chaque année dans les déchèteries du territoire.

Un paradoxe quand on sait que ces matières pourraient produire un amendement naturel très prisé des jardiniers amateurs…

Pourquoi composter ?

 

 

 

 

 

Le compostage, qu'est ce que c'est ?

 

 

Le compostage est un processus naturel de transformation des déchets organiques tels que les épluchures de légumes, certains restes de repas et les déchets verts du jardin.

Les matières sont transformées, en présence d’oxygène et d’eau, par des micro-organismes (bactéries, champignons, etc…) et des organismes de plus grande taille (lombrics, cloportes, etc…).

 

Les déchets perdent peu à peu leur aspect d’origine pour devenir du compost.

 

En forêt les matières organiques se décomposent naturellement pour se transformer en humus et  améliorer la fertilité du sol : le compostage est donc un moyen de reproduire ce cycle naturel pour traiter les déchets de cuisine et de jardin.

 

Quel type de compostage choisir ?

 

 

 

Cette technique consiste à regrouper les déchets directement sur le sol afin de former un tas. L’avantage principal est qu’il n’y a pas de contrainte de volume.

Le compostage en tas est idéal lorsque l’on possède un grand jardin.

Il est toutefois conseillé de faire plusieurs tas de compost (2 ou 3) plutôt qu’un seul grand tas, plus difficile à retourner.

 

 

Le compostage peut se faire à l’aide d’un bac à compost, en bois ou plastique.  Cette pratique a notamment l’avantage de protéger le compost des aléas climatiques et des animaux. La période de fermentation est également plus rapide (6-8 mois environ).

Avec un bac, il convient toutefois de bien surveiller le processus : protégé de la pluie le compost risque plus facilement de devenir trop sec, protégé du soleil il risque aussi de devenir trop humide.

 

Des composteurs en bois ou en plastique sont généralement vendus en jardinerie.

Il est également possible de fabriquer soi-même son composteur à l’aide de palettes, de grillage ou même de parpaings !

Le compostage en bac est idéal quand on a un petit jardin : le compost prend moins de place au sol.

 

 

Cette technique basée sur un système de plateaux et repose sur le travail de lombrics. Avec cette technique pas besoin de jardin pour fabriquer son compost, le lombricomposteur peut s’utiliser en appartement.

 

 

Si vous habitez en appartement il est aussi possible de mettre un place le compostage collectif, au sein de sa résidence ou au pied de son immeuble. Les habitants qui souhaitent mettre en place ce type de projet peuvent contacter le Syndicat des Déchets du Centre Yonne ou leur intercommunalité.

 

Que mettre dans le compost ?

 


Au quotidien, il est possible d’alimenter le compost avec des déchets de cuisine, de jardin et de maison.

 

Les déchets de cuisine

 

 

Les déchets de jardin

 

Les déchets de maison

 

 

Déchets à mettre avec modération et en petits morceaux  !

 

Certains déchets fermentescibles, du fait de leur structure ou de leur volume, peuvent être plus difficiles à composter. Il est conseillé de les couper en morceaux et de bien les mélanger au reste des apports.

 

 

 

 

Les déchets à NE PAS mettre au compost !

 

 

 

Réussir son compost !

 

 

En bac comme en tas le compost doit être en contact avec le sol pour faciliter l’arrivée des micro-organismes.

Votre compost ne doit pas être trop loin de votre habitation: vous devez pouvoir y apporter facilement les déchets de cuisine. 

Evitez de placer un tas de compost trop près de la maison de vos voisins.

 

Remplissez votre compost en variant les apports : équilibrez les matières brunes, riches en carbone (feuilles mortes, herbes sèches) et les matières vertes, riches en azote (épluchures, tontes, etc…).

N’oubliez pas de fragmenter les matières afin de faciliter le processus de dégradation.

 

Le compost doit être légèrement humide, sans « couler ».

Le compost mûr ressemblera à du terreau (une structure grumeleuse et noire) et aura une bonne odeur de terre. Il ne sera plus habité par des vers de terre car ceux-ci auront fini leur travail.

 

Les animaux du compost

 

Les vers de compost sont plus petits et plus rouges que les vers de terre communs. Ils participent activement au compostage.En effet ils se nourrissent de matières organiques et carbonées en décomposition et favorisent l’aération du compost en creusant des galeries dans la matière !

 

 Les larves de cétoine sont également des acteurs importants dans le processus du compostage.Les larves se transforment ensuite en cétoine dorée (scarabée).Les larves de cétoine sont souvent confondues avec les vers blancs.

Voici quelques astuces pour les différencier :

Les vers blancs ont plutôt une grosse tête et un petit derrière. Ils ont des pattes plus grandes et se déplacent en marchant.

Les larves de cétoines ont un gros derrière, une petite tête et se déplacent sur le dos (elles n’ont pas de grandes pattes. Ne les tuez pas ! Ces larves sont très utiles pour le compost !

 

Les mille pattes et les cloportes morcèlent les gros déchets et vont notamment agir au début du processus de compostage.

 

       Les saisons du compost

 

Printemps

 

Le printemps est une bonne époque pour commencer un compost avec des déchets de jardin et des déchets de cuisine.

 

Pour les habitués, c’est le moment de réactiver le compost, après le ralentissement de la décomposition en hiver. Pour cela il est conseillé de retourner le compost pour l’aérer et relancer la décomposition.

Eté

 

En été il est nécessaire de faire attention à ne pas trop tasser la tonte de gazon humide : elle risquerait de dégager de mauvaises odeurs.

 

Il faut donc continuer à bien mélanger les différents types de déchets.

Automne

 

Les feuilles mortes, nombreuses en cette période, doivent être bien mélangées aux autres déchets. L’automne est également une bonne période pour débuter son compost car vous disposez de beaucoup de déchets de jardin.           

 

Astuce : les déchets de jardins (feuilles mortes, branchages) peuvent être conservés dans un endroit sec pour constituer une réserve et être utilisés en hiver.      

                        Hiver

 

Le processus de décomposition ralentit mais ne s’arrête pas, il faut donc continuer à alimenter le composteur avec des déchets de cuisine, en essayant d’ajouter des feuilles mortes.

 

         A chaque problème, sa solution !

 

 

 

Le compost doit normalement dégager une bonne odeur de terre de forêt. Une odeur nauséabonde peut être due au manque d’air, suite à un trop grand apport de matières humides (tontes, restes de repas, etc…). Il est alors conseillé de brasser le compost à l’aide d’une fourche et d’introduire des déchets secs (feuilles mortes, branchages, tailles, copeaux, etc…) et en assez gros morceaux pour structurer et aérer le compost.

Certains déchets (restes de viandes ou poisson, excréments d’animaux, etc…) peuvent parfois être responsables des mauvaises odeurs du compost. Essayez alors de limiter ces apports et de bien mélanger les déchets « sensibles ».

 

 

L’apport de déchets n’est peut-être pas assez important ou pas assez varié. Cela peut également être le signe d’un manque d’humidité. Pensez à apporter vos déchets de cuisine (épluchures, fruits avariés, etc…).

 

 

Votre compost est sans doute trop sec : pensez à bien le mélanger et à apporter des matières humides (épluchures, tonte, etc… ). Vous pouvez également l’arroser ou ouvrir le couvercle du bac quand il pleut.

 

Ce n’est pas forcément mauvais signe : la présence de moucherons montre que le compostage se passe bien.

Si vous voulez éviter la prolifération de moucherons vous pouvez recouvrir la surface de votre compost avec des déchets secs (branches, copeaux, sciures, etc… ).

 

 

Les restes de repas, notamment la viande, peut attirer les animaux (rongeurs, chiens, etc…). Pour y remédier, recouvrez les déchets de cuisine par des déchets verts ou secs (branchages, feuilles mortes, sciure, etc…). Le compostage en bac est parfois recommandé pour protéger le compost des animaux.

 

       Utiliser son compost !

 

Un compost arrive à maturité en 6 à 12 mois.

 

Il a alors les caractéristiques suivantes :

- Aspect homogène sans gros morceaux de matières.

- Couleur sombre, brun foncé.

- Odeur d’humus (terre de forêt).

- Structure grumeleuse et friable.

 

Au potager, vous pouvez disposer une fine couche de compost sur le sol.

Pour les semis, il est nécessaire de mélanger le compost avec de la terre.

Pour les pots de fleurs : faire un mélange composé pour moitié de terre et pour moitié de compost.

 

Dans les plates-bandes et autour des arbustes, vous pouvez incorporer du compost à la terre, par bêchage.

 

Vous pouvez également utiliser le compost demi-mûr (4 à 6 mois), en mulch pour réduire l’évaporation de l’eau et limiter la croissance de mauvaises herbes. Etendez alors des couches de 5 cm environ au potager ou au verger : au pied des arbustes ou sous les haies, entre les rangs du potager, etc…

 

Pour en savoir plus sur le compostage, savoir des formations gratuites sont planifiées ou si vous souhaitez acquérir un composteur, vous pouvez contacter votre intercommunalité.

 

 

 

 

Les illustrations de cette page ont été réalisées par

Julien Flamand

pour le Syndicat des Déchets du Centre Yonne.